- Se connecter / Crée un compte / Liste de souhaits & Mariage -

Histoire de Bourg-Joly Malicorne

histoire faïencerie Bourg-Joly Malicorne Depuis 1747, une aventure faïencière
Bourg-Joly Malicorne, faïencerie d'art est la plus ancienne Faïencerie encore en activité aujourd'hui à Malicorne, perpétuant les méthodes et les techniques des premiers jours.

Elle est l'héritière au fil de l'histoire de deux manufactures installées à Malicorne au XVIIIème siècle ; la faïencerie du " Plat d'étain " fondée en 1747 par Jean Loiseau et celle de Mèneville fondée en 1797 par Guillaume Rabigot, fils d'un tourneur collaborateur de Jean Loiseau.

Dès lors, le destin du village va profondément changer, l'aventure faïencière commence pour Malicorne.

 

1747
Durant la deuxième partie du XVIIIème, le Plat d'étain prospère , les tourneurs apparaissent. Jean Loiseau fait venir des peintres de Nevers dont Pierre Rabigot, le style Nevers arrive à Malicorne. Il apporte la composition de l'émail blanc à l'étain, il ajoute le dessin polymorphe de fleurs et d'ornements. En 1784, L'inspecteur général des Manufactures de Tours rapporte déjà le succès rencontré par les premières faïences de Malicorne. Jean Loiseau meurt le 16 octobre 1785, il est inhumé au cimetière de Malicorne. Son fils Jean Louis prend sa succession. Pierre Rabigot et son fils, Guillaume, sont tourneurs au Plat d'étain jusqu'à La Révolution.

 

 

 

1797
En 1797, à l'abolition des privilèges, Guillaume fonde son entreprise. La faïencerie de Mèneville nait le 13 février, seconde faïencerie du village, elle est l'ancêtre directe de Bourg-Joly Malicorne. Au XIXème siècle, le Plat d'étain se développe et est vendu en 1829 à Charles Cador. En 1830 Victor Rabigot Chenon, fils de Guillaume, achète la tannerie et le moulin à trèfle du lieu dit du " Bourg-Joly ". 1854 Victor Rabigot Soulis (son fils) hérite du Bourg-Joly et de Mèneville Charles Cador marie sa fille à Jules Béatrix, qui contribue avec son beau père au renom des Faïenceries de Malicorne.

En 1857, leur production est remarquée et déjà très appréciée.

 

 

1867

Cette année marque le décès de Caroline Cador et de René Béatrix. Jules Béatrix, leur fils âgé de 28 ans se retrouve à la tête de l'établissement pour une très courte durée, il décède en 1874 et sa veuve, Eloïse Pellerin dirige seule la faïencerie en attendant la majorité de ses deux filles : Marie Angèle et Marie Juliette. L'ainée, Marie Angèle, rencontre Léon Pouplard, la cadette épousera Jules Michel Moreau.

 

1888 : Léon Pouplard dirige la manufacture du plat d'étain avec sa belle mère . Tout comme chez les Rabigot, au Bourg Joly, Léon Pouplard développe une production plus artistique afin de pérenniser l'entreprise. En 1898 il rachète les moules de la faïencerie Graindorge , en Bretagne, de nombreuses statues ainsi que des plats richement travaillés. La fin du XIX marque le développement de la faïence dite artistique. En 1899, à la mort de sa mère, Emmanuel Rabigot reprend l'entreprise aidé par l'impulsion d'André Arondel, son beau frère. Elu Maire de Malicorne en 1899 il vend à son cousin Gustave Leroy Dubois la faïencerie du Bourg Joly en 1901. Gustave Leroy Dubois développe la faïence artistique et produit des pièces de grande qualité. Il accueille de nombreux artistes tels que Hervé Mathé et Jules Ronsin.

 

Il rachète avec Léon Pouplard les moules de la faïencerie de Bonnétable à sa fermeture en 1912.

 

1914

mobilisé il confie l'entreprise à sa femme et vend le BourgJoly à Marie Juliette Béatrix, héritière pour moitié du Plat d'étain, dirigée par sa sœur Marie Angèle et son mari Léon Pouplard. Cette date marque la fin de la dynastie familiale des Rabigot et Leroy Dubois sur le Bourg Joly.

 

1918
Jules Moreau achète le Bourg Joly, en 1918, pour son fils ,Jules, une nouvelle dynastie va faire vibrer le cœur artistique de Malicorne durant 5 générations. "La Faïencerie Artistique du Bourg Joly à Malicorne", avec des faïences plus décoratives qu'utilitaires, développe un réseau de revendeurs en France et en Europe. Après avoir animé pendant 60 ans la Faïencerie de la famille, Léon Pouplard sans descendant laisse sa fabrique à son neveu Jules Moreau, Bourg Joly Malicorne réunit alors les deux branches historiques ayant fait l'histoire du Malicorne.

 

La Faïencerie hérite alors du fameux bestiaire de Leon Pouplard, de nombreux poncifs et moules de plats et de statuaires venant ainsi enrichir son patrimoine.

 

1993
En 1993, les Moreau cèdent la Faïencerie à Jean-Pierre Fouquet qui, avec son épouse Brigitte, s'inscrira dans la tradition insufflée par les Loiseau, Rabigot, Cador-Beatrix, Pouplard et Moreau. Ces derniers permettront à la faïencerie d'entrer dans le nouveau millénaire avec son savoir-faire unique, développant la boutique du 16 rue Carnot à Malicorne, travaillant ainsi le sur mesure et les séries limitées

En 2007, La Faïencerie est rachetée par Thierry et Véronique Taravel. Les difficultés financières et les besoins d'investissements importants accentués par la crise d'octobre 2008 imposent un arrêt de l'activité fin décembre 2008.

 

2009

Une nouvelle page d'histoire commence, B.Denis, né à Fontaine-Daniel (53) et E.le Calvez avec autour d'eux les anciens salariés et leur savoir, rallument les fours le 7 Avril 2009. Aujourd'hui Éric et Sophie le Calvez avec leur équipe resserrée sur les savoirs faires uniques développent cette nouvelle page d'histoire, un vaste plan d'investissement sur le site historique du Bourg-Joly au centre du village est engagé. Les ateliers sont rénovés, un nouveau four arrive, un nouvel élan est donné, collaborations avec des designers, multiples participations à des évènements et expositions contribuent à repositionner l'entreprise dans une nouvelle dynamique.

 

Exports aux États-Unis, Japon, Suède, Allemagne, Italie, Suisse, Autriche et Danemark permettent à l'entreprise de trouver de nouveaux débouchés.

 

2011
342 corbeilles s'invitent sur les tables princières du diner de mariage à l'opéra de Monaco.

 

 

2012
Bourg-Joly Malicorne est invité chez Mr et Mme de Nicolay au Château du Lude durant tout l'été.
Photographie Guy Durand

 

 

2013
Bourg Joly Malicorne est au centre d'une grande exposition sur les entreprises d'exception chez Harrods à Londres tout au long du mois de juin.

 

 

Nous remercions Odile Chardon et la famille Moreau, pour leurs aides à la réalisation de cette page d'histoire




Copyright © 2017 Faïence Bourg-Joly Malicorne, faïencerie d'art Malicorne | Les prix sont en EUR